Avertir le modérateur

19/06/2009

Chômeur, comment répondre à la question : "T'as des pistes?"

C'est la phrase redoutée parmi toutes. Le doigt malin qui presse le bouton start de la culpabilité chômiste. Une façon de rappeler que chacun doit, sans faille, être toujours sur la voie de quelquechose, dans le mouvement, en train de "rebondir" comme il est de bon ton de le faire en permanence.

Aujourd'hui, camarade chômeur, je te propose quelques voies pour être capable de répondre à cette question en gardant la tête (à peu près) haute.


 

  • Version "J'embellis la réalité". "Oui, je suis sur quelques trucs, là, j'ai des contacts et j'attends des réponses sous peu, mais je ne peux pas encore en parler", quand les "quelques trucs" en question sont des candidatures spontanées dont tu n'as même pas encore eu accusé de réception dans la semaine passée. Sans parler de l'offre un peu pourrie aperçue sur le site ANPE, et à laquelle tu te promets de répondre dès demain. Ou après-demain. Parce que quand même, elle est un peu pourrie.
  • Version réaliste et douloureuse. "Pas franchement, et pour tout dire je me sens comme une merde, car, comme tu viens de me le rappeler, je devrais être sur une piste quelconque." Attention, option à double tranchant, car la mine apitoyée de ton interlocuteur -surtout si elle est soulignée d'un "C'est vrai que c'est pas facile en ce moment, il faut bien reconnaître qu'à mon époque, c'était plus ça n'avait rien à voir", risque de te précipiter dans une journée de bonne grosse déprime.
  • Version chômeur décomplexé. "Non, mais je n'en cherche pas. J'en profite pour souffler en ce moment, je fais de la peinture sur coquillages et je me suis lancée dans une maquette du centre Georges Pompidou en allumettes. De toute façon je n'ai pas de souci, j'ai 12 mois d'indemnisation devant moi.Je te laisse, je vais louper le début de Motus." Attention, là encore. Ces mots risquent de faire tressaillir le CDIsé en face de toi et le rendre presque jaloux. Sans compter ceux qui auront vite fait de vous ranger dans la catégorie des parasites entretenus par ses 35 heures de labeur hebdomadaires.
  • Version dangereux terroriste d'ultra-gauche. "Non, j'ai laissé tomber tout ça, je vais mettre de côté mes allocation et partir ouvrir une épicerie dans le sud-Cantal. J'ai une poignée de potes qui vivent ensemble là-bas. Je te laisse, j'ai des caténaires à saboter." C'est la version à haut risque, inutile de le préciser, celle qui peut vous faire regretter le doux temps du chômage quand vous connaîtrez celui de la garde à vue.

Et vous, que répondez-vous?

Commentaires

C'est vrai que la période d'indemnisation passe très vite, mais ce n'est pas grave on apprend à vivre autrement, on se moque, dans sa tête, des autres quand on fait les courses et qu'on les voit dépenser l'argent sans compter, comme on faisait soi-même avant, stupidement, et pour après, on a envie d'une chose, d'être heureux et plus le dindon d'une mauvaise farce.

On découvre aussi que le chômage n'est qu'une étape dans la vie, qu'on peut essayer de se choisir, même si c'est difficile, ou de subir le système.

Nous n'avons qu'une vie, mieux la choisir, au risque de passer pour un enfant gâté, et quand on est sort, on est plus fort qu'avant.

J'ai déjà connu ça une fois il y a vingt ans, et puis comme la retraite passe à 70 ans, tout ça n'est pas grave, quand on arrive dans un nouvelle boite, on s'aperçoit qu'on n'a rien perdu sur le lan professionnel, et chômeur involontaire n'est pas une maladie, ni une tare non plus.

En plus, le chômage m'a permis de me perfectionner en informatique, grâce à l'ANPE où j'ai connu un copain informaticien.

Bon courage.


Bon courage !

Écrit par : Yves | 23/06/2009

C'est vraiment le style de site que je cherchais, chomiste depuis fin 2008, au moins un site qui partage mon humour sur la situation de chômeur !
Bonne continuation

Écrit par : KIKI | 30/06/2009

Merci Kiki! Si j'ai réussi à faire sourire un chomiste de ses galères, mon pari est réussi!

Écrit par : A.Cide | 30/06/2009

Au début, je répondais que j'étais sur des pistes. Même quand cela était faux. J'en ai eu assez des regards condescendants et plein de reproches, donc, mentir pour éviter d'avoir à expliquer que non, ce n'est pas facile, j'aime mon métier et que définitivement, je ne veux pas être infirmière.

Merci pour le blog, ça fait du bien de pouvoir rire de ces incohérences de notre cher Pôle. Je ne suis plus au chômage actuellement, mais je l'ai vécu et dans 2 mois, j'y retourne et je n'ai pas hâte de retourner voir un conseiller ... :)

Écrit par : Sophie | 06/08/2009

C'est une excellente idée, j'espère vous lire à nouveau très bientôt. J'ai quand même besoin d'un peu de temps pour réfléchir à tout ça.

Écrit par : cours anglais | 13/04/2010

Excellent cet article, c'est tout à fait ça !!
J'en suis actuellement à la 3ème version du chômeur sans pistes après être passé par les 2 premières et j'espère (re)trouver du boulot avant d'en arriver au 4ème ! :D

J'en profite pour dire un grand grand bravo pour ce blog, j'essaye de le faire découvrir à d'autres amis chômeurs.
Merci et bonne continuation !! :)

Écrit par : laydgeur | 29/04/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu