Avertir le modérateur

19/05/2010

Une vie en CDD, ça vous dit?

Sans doute victime du réchauffement climatique ou de l'approche imminente de 2012 et de la fin du monde, une denrée se fait de nos jours encore plus rare que la truffe du Périgord: le CDI. En revanche, son cousin bâtard, le CDD , se conjugue à toutes les sauces et se porte à toutes les saisons.

Pas une seule opportunité d'emploi qui me soit passée sous les yeux depuis un an comportant les trois lettres magiques : un C, un D, un I. Certains objecteront que je n'avais qu'à choisir un vrai métier. Certes, la presse, ce n'est pas du sérieux. Mais la CDD-ite aigüe semble se propager à vitesse fulgurante à d'autres secteurs, portée par le tube du moment "vous comprenez, avec la situation économique actuelle, on ne peut pas..." .

Puisque c'est ainsi, et qu'on ne peut rien y faire puisque "c'est la CRIIIISE", allons-y, CDDisons. Je me suis laissée aller à la douce rêverie  d'une vie en CDD, après tout, y a pas de raison.

  • A la maternité : "OOOh, c'est une fille, félicitations madame. Donc on dit, pour trois mois renouvelables, ca nous mène au mois de décembre, vous pourrez changer pour un garçon à ce moment-là si vous le souhaitez. Mais n'oubliez pas de respecter la période de carence entre les deux, sinon l'inspection du travail va nous tomber dessus".
  • A l'école maternelle: "Donc, Kevin, c'est bon, tu es inscrit pour 5 mois, le temps de remplacer Melody qui est malade. En revanche, quand elle reviendra, tu devras lui laisser à nouveau sa place et trouver une autre école. Tu comprends Kevin? Avec la situation économique actuelle, on peut pas se permettre d'acheter des feutres pour deux élèves alors qu'un seul produit autant de dessins"
  • Premiers flirts : "Ouais, alors tu vois, délire, comme Marion et Thomas y sortent ensemble jusqu'au 22 juin, moi je vise le 23 juin, passke tu vois je pense pas qu'elle va pas le renouveler, là elle est tenue, passke tu comprends elle a pas le droit de rompre en milieu de contrat, mais il s'est pas montré super dans ses prestations niveau savoir-faire ou savoir-être, alors que moi, avec mon expérience, j'ai bon espoir de serrer Marion pour trois semaines. Ben ouais, je sais, trois semaines c'est court, mais elle peut pas faire plus long, tu vois, avec la situation économique actuelle, elle peut pas se permettre..."
  • Rencontre sur Internet : "Homme, 28 ans, passionné de sport et de nature, cherche JF naturelle, bien dans ses baskets, pour relation de quatre mois et demi (période d'essai de quatre jours). Possibilité de rendre la relation pérenne si satisfaction au bout des quatre mois et demi. Pas de promesse, pas de mariage, pas d'enfant, avec la situation actuelle, je ne peux pas me permettre..."
  • Mariage : " Isabelle, acceptez-vous de prendre pour époux Jérôme ici présent, et de lui jurer fidélité et partage durant 18 mois renouvelables, période à l'issue de laquelle Jérôme décidera s'il vous prend en CDI ou si votre collaboration s'arrête la? "
  • Soucis de santé : "Le docteur va vous poser une valve qui permettra à votre coeur de mieux fonctionner. Pour le moment, on part sur une base d'un mois et demi, suite à quoi l'appareillage vous sera retiré et posé à une personne plus jeune. Ben oui, ça nous coûte moins cher. Avec la situation économique actuelle..."

Difficile d'aller plus loin car j'ai eu beau retourner le problème dans tous les sens, la mort, elle , reste en CDI (elle est très vieux jeu).

Terminons cette méditation par un hommage à Laurence Parisot, qui m'a beaucoup inspirée : "La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi?" Ben oui, tiens, pourquoi?

07/05/2010

A quand le dictionnaire bilingue français/Pôle Emploi?

Pôle Emploi, c'est plus fort que toi. Une nouvelle fois, je m'avoue vaincue. Ce matin, en ouvrant ma boîte mail, chouette chouette chouette, une surprise du Pôle. Oui, une surprise, pas un courrier. Parce qu'à Pôle Emploi, ils savent ménager leurs effet. Vu qu'ils ont mon adresse email, ils pourraient faire comme tout le monde et m'envoyer un message directement. Non non non. A Pôle Emploi, on vous envoie un message pour vous signaler qu'un message vous attend dans votre espace demandeur d'emploi sur le site pole-emploi.fr. Futé, astucieux, on garde le chômeur en forme en s'assurant qu'il fait des démarches, au moins celle de cliquer et d'entrer ses identifiants pour aller voir ce qui l'attend.

Suspense, tension, curiosité insatiable. J'ai mis en fond sonore la bande originale des Dents de la Mer et me suis donc connectée. (En général, ce moment s'accompagne d'une légère montée de la pression sanguine, pour ceux d'entre les chômeurs qui ont déjà connu les affres des radiations sauvages ou des erreurs de calcul d'allocations). Arrivée sur "mon espace personnel" (c'est douillet, le Pôle, on y est chez soi). Et là (taaadaaaa!!!) je découvre la surprise, sous forme d'une nouvelle ligne dans "mes courriers électroniques". Je vous le livre tel quel : sous "mes derniers paiements" (jusque-là, je comprends bien, ce sont les dernières allocations que j'ai perçues), une nouvelle ligne: "mon reste à payer. Solde à ce jour :732,91 euros".

Euh, les gars, ça veut dire quoi, "mon reste à payer?". Ca veut dire que Pôle Emploi me le doit, ou que par un tour de magie quelconque c'est moi qui devrai payer, je sais pas, les droits d'inscription, peut-être, pour ce club si prisé depuis un an? Prise de panique -il y a quelques années de cela, j'avais cru suite à un courrier énigmatique que les Assédic me versaient 2000 euros, erreur, petit scarabée, ils me les réclamaient- je fonce sur mon téléphone et appelle le 3949. Je tape frénétiquement mes codes d'accès et aboie "dossier, dossier!" pour essayer d'avoir des renseignements relatifs à mon dossier. - "Nos services d'accueils sont actuellement fermés" (Ah ben oui, c'est fermé à partir de midi le vendredi, j'ai reçu le mail à 14h 30, de là à penser qu'on me tend des pièges il n'y a qu'un pas). Merdalor.

J'ouvre mon petit Robert, je fonce à la lettre R, "reste à payer", y a pas. Vite, l'ami Google "pôle emploi reste à payer", je tombe sur des messages angoissés de demandeur d'emploi qui se demandent eux-mêmes ce que ça veut dire. Je dois me résoudre à passer un week-end à me demander si je vais devoir rembourser deux RMI au Pôle, moi qui suis fan de films d'horreur, je ne pouvais pas rêver mieux.

Ce qui me laisse le temps, mon cher Pôle, de t'adresser officiellement une question. J'ai fait des études bien comme il faut, deux bac+4, on m'a toujours dit que ça aidait à se débrouiller dans la vie, mais j'ai du rater l'épreuve "jargon pôlesque". Mon cher Pôle, donc, tu le publies quand, ton dictionnaire bilingue "gens normaux/ Pôle Emploi?"

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu