Avertir le modérateur

22/09/2010

Enceinte ET chômeuse, la double peine ou le bonheur?

enceinte.thumbnail.gifEnceinte ET au chômage : la double peine ou le bonheur absolu? Il fallait bien que je finisse par vous l'avouer chers lecteurs, car ça commence à se voir (et je sais comme vous êtes observateurs): je n'attends plus seulement un travail, mais aussi un bébé.

J'entends d'ici les cris d'horreur de certains. Je vois les mines compassées des autres. "Mais ma pauvre, comment tu vas faire maintenant pour le boulot? Ca va pas être évident..."

Parce que si j'ai remarqué une chose depuis quelques mois, c'est que la femme a beau avoir acquis le droit de vote depuis une soixantaine d'années, il reste communément admis que l'être humain de sexe féminin ne PEUT physiquement pas trouver de travail dès lors que son ventre commence son expansion.

J'ai tout de même la chance d'avoir dépassé la trentaine et de vivre en tout bien tout honneur avec le géniteur, ce qui m'évite les questions atroces du style : "et... c'était voulu?" Cela ne m'a tout de même pas évité les : " Je suis un peu étonnée, je pensais que tu attendais d'avoir un CDI pour te lancer". (Ben, c'est à dire, cocotte, qu'au rythme où ça va, si j'attends un CDI pour avoir mon permis bébé, je vais décrocher ma place dans le Guinness des records comme maman la plus vieille de France.) Ou mieux, sur le thème de la blague -méfiez-vous des blagues de potes, chers chômistes : "Ah c'est marrant, maintenant, pour trouver un boulot, tu te retrouves un peu à égalité avec les séniors en fait". ... "Marrant", ouais, c'est le mot que je cherchais! (Drôle comme dans l'hexagone, si tu n'es pas pourvu d'un pénis et âgé d'entre 30 et 45 ans, tu es un handicap pour le monde de l'entreprise. Ca va faire du monde en emploi aidé.)

Ceci étant,  j'ai eu en effet envie de me marrer lors d'un récent entretien, quand après l'"aveu" de ma grossesse, le recruteur a gentiment affirmé : "Ce n'est pas un problème, c'est une question d'organisation, de toute façon cela ne représente qu'une absence de, quoi, six semaines?" (Euuuh... je ne m'appelle pas Rachida, et je suis au regret de vous annoncer qu'en France, c'est plutôt seize semaines que six. Condoléances.)

Mais n'exagérons rien. Etre enceinte pendant une période de chômage, c'est loin d'être un enfer. Ca présente même certains avantages. Préparez-vous, par exemple, à voir disparaître des questions familiales le terrible : "Et alors, le boulot, t'as des pistes?" Terminé, tout ça. Chacun sait que dorénavant, vous avez une mission de la plus haute importante à réaliser : repeupler la France. C'est quand même aut'chose que signer un CDD. En cloque, ce que vous entendrez donc le plus souvent, c'est : " Et toi, tout se passe bien? Prends bien soin de toi, surtout. Et repose-toi, hein! ". Avec plaisir!

Deuzio, vous aurez tout le temps de regarder votre nombril, au sens comme au figuré, sans que personne n'y voit d'inconvénient. A vous les multiples siestes du premier trimestre, cours de yoga prénatal du deuxième, aquagym future maman du troisième, sans oublier l'incessante communication avec bébé autour des dernières rediffs de Grey's Anatomy...

Sans oublier la cerise sur le gâteau, l'argument imparable pour vous faire préférer les forums de neufmois.fr aux annonces de Pôle Emploi : le congé maternité. Car les chômeuses aussi y ont droit. Et devinez quoi? Si les allocations chômage culminent, bon an mal an, à 57% de votre ancien salaire brut, les allocations versées par la Sécu grimpent, elles, à 80% de celui-ci. Résultat? Pendant quatre mois, vous touchez bien plus qu'au chômage. Les enfants, décidément, ça a du bon.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu