Avertir le modérateur

16/09/2009

Chercher un job, chercher l'amour, même combat

Chercher (et trouver) un emploi, c'est un peu comme chercher l'amour. Une affaire somme toute classique, mais dont on croit tous qu'on est seul(e) à en vivre les affres. Un cheminement qui passe par des étapes classiques et incontournables avant de trouver l'homme/la femme de sa vie ou le CDI de ses rêves.

  • Phase d'observation et de repérage. Tel un(e) célibataire seul(e) au comptoir d'un bar branché, le chômeur traîne régulièrement sur les mêmes sites d'annonces afin de voir si le contrat idéal ne se trouverait pas là, planqué au milieu de tant d'annonces "mignonnes mais sans charme" ou bardées de défauts rédhibitoires -notons celle, trop exigeante, qui recherche un candidat "jeune mais très expérimenté". A fuir comme la peste, elle est beaucoup trop idéaliste.

Lire la suite

27/08/2009

Chômage de glace prend des vacances

Calimero_en_vacances.gif

Fidèles de ce blog, vous le savez déja. Petits nouveaux, je vais peut-être vous l'apprendre. Tout chômiste a droit a des vacances. N'en déplaise aux commentaires récurrents sur le thême -ô combien original- de "Comment ça, vous prenez des vacances alors que vous ne foutez rien le reste du temps", le demandeur d'emploi a droit à ses 25 jours annuels comme tout bon Français. (A condition d'en avoir prévenu par avance Pôle Emploi).

Oui, le chômage, c'est usant. Oui, on a besoin d'oublier quelques jours les entretiens, les CV, les convocations au pôle, les appels répétés au 3949, les coups de blues quand on entend sur les ondes nos ministres déclarer que certes, ça va de moins en moins bien, mais que ça continuera à être pire. Oui, derrière le demandeur d'emploi il y a une famille, une copine, un mari, qui n'ont pas envie de passer leurs congés payés collés à l'ordinateur et au téléphone par solidarité avec leur chômiste de parent, copain, ou femme.

Je serai de retour le 8 septembre. D'ici là, je tiens à souhaiter bon courage à ceux -et ils vont être nombreux- qui vont découvrir pour la première fois les étendues glacées du Pôle. Je dis "Tenez bon" à ceux qui y sont égarés depuis trop longtemps -et trop longtemps, en temps de chômeur, ca commence dès deux mois. Je dis "Merci" à vous tous, qui m'avez agréablement surprise par le nombre de vos visites, et qui par vos commentaires m'avez donné envie de continuer à essayer de rire de tout cela.

A très bientôt, donc, et en guise de teasing, à mon retour vous aurez droit à mon premier rendez-vous de s"uivi personnalisé", mes premières allocations, et... qui sait ? Ma sortie du chômage?

 

 

19/08/2009

Et vous, quel chômeur êtes-vous?

chomage.jpgOn n'est pas tous égaux devant Pôle Emploi. Franchir les portes de cet établissement quasi incontournable de la vie française peut déclencher en nous des changements parfois perturbants pour notre entourage. Depuis les quelques semaines que je nage dans les eaux froides du Pôle, j'ai pu remarquer, dans une étude totalement subjective, quelques grands traits de caractère de la population chômiste. Et vous, quel chômeur êtes-vous?

  • Le chômeur "vite, vite, vite". La seule mention de Pôle Emploi a fait monter en lui une vague de panique qu'il s'efforce de contenir en retrouvant au plus vite un job, quel qu'il soit. A lui les vendanges, la restauration rapide, les joyeuses soirées d'inventaire dans la grande surface d'outillage de la zone artisanale de Montceau les Mines. Même s'il est armé d'un bac +8 en physique quantique appliquée aux micro-organismes marins. L'attitude du chômeur "vite, vite, vite" est souvent née d'un traumatisme: licenciement brutal ou plus simplement fin de ses études avec pour seule perspective la demande de dossier de RMI. Il cumulera 25 CDD en deux ans. Conseil à l'entourage du chômeur "vite, vite, vite": ne lui posez jamais la question : "Alors, t'as des pistes?"
  • Le chômeur "qui fait non, non, non, nooon". Tel l'enfant de 18 mois qui découvre le pouvoir que lui donne ce mot de trois lettres, il goûte au plaisir de se présenter à des entretiens d'embauche pour finalement refuser le poste qui lui est proposé. Au grand dam de Pôle Emploi, ce petit impertinent estime qu'il n'a pas à se brader, et tient à prendre son temps pour retrouver le job en or. Alors il dit non une fois. Puis deux, puis trois, parce qu'il commence à trouver ça bien agréable, de s'affirmer ainsi face à la grande méchante Crise. Frappé de plein fouet au bout de quelques mois par l'offre raisonnable d'emploi dégainée par le Pôle, il finit souvent par se transformer en chômeur "vite vite vite" par peur de la radiation.
  • Le chômeur "je m'éclate".  A la pointe de la modernité, il vient de découvrir la notion américaine de "funemployment" ou comment vivre le chômage comme une agréable période de break pour faire le point sur soi-même. Totalement décomplexé, il veut profiter à fond des quelques mois qui lui sont accordés par l'allocation chômage pour "se retrouver". Stages de méditation zen, traversée de la France en rollers, rêves de reconversion en golfeur professionnel, il s'essaie un peu à tout. Il a même l'air heureux, le bougre, ce qui fait de lui l'ennemi numéro un de la France qui se lève tôt pour travailler plus pour gagner plus pour acheter une Rolex avant 50 ans. Cible de Pôle Emploi, le chômeur "je m'éclate" sera remis dans le rang par deux ou trois convocations "pour faire le point" et une proposition de formation d'engraisseur de poussins (fiche métier 41124 du code ROME de l'ANPE).
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu