Avertir le modérateur

13/11/2009

Conseiller à Pôle Emploi: "punching-ball, gare de triage et opérateur de saisie".

« J’ai vu les coulisses de Pôle Emploi, et la seule chose que j’avais à l’esprit sur la fin, c’était « oh mon Dieu, pourvu que je ne me retrouve pas au chômage ». A 33 ans, Marie vient de passer quatre mois à jouer les conseillère Pôle Emploi. Lassée, elle a quitté son CDD pour un autre emploi dans l’accompagnement des cadres. Saturation, pression du chiffre, frustrations : elle raconte comment on vit Pôle Emploi de l’autre côté du guichet.

Lire la suite

20/10/2009

Grève: Pôle Emploi met en garde contre le "syndrome France Telecom"

"C'est un scénario de type France Télécom qui se met en place, il est temps d'arrêter". C'est jour de grève à Pôle Emploi, et dans Le Monde, les syndicalistes ne mâchent pas leurs mots. Un suicide en mars dans une agence du Pôle, cinq tentatives, dont trois depuis septembre de la part de conseillers, et c'est le spectre d'un "syndrome France Télécom" qui apparaît.

"Fatigue professionnelle", "montée des congés maladie", "conflits internes" et "menaces de suicide": à la lecture de cet article, il apparaît clairement que le vent qui souffle sur le Pôle depuis sa création est glacial. Mais la phrase la plus révélatrice de cet article à mes yeux, sort de la bouche d'un directeur adjoint d'agence -oui, ceux-là même qui bien souvent, sont accusés de mettre la pression aux conseillers. "On nous demande des objectifs inatteignables, je suis atteint de la culpabilité du chiffre", raconte-t-il. Une petite minute. Rappelez-moi de quoi on parle, là. De petits pois en conserve produits à la chaîne, ou d'individus qui se tournent vers le Pôle pour un service -l'aide à la recherche d'emploi?

Toujours dans les chiffres, et pour terminer avec le sourire ce billet spécial grève, un dessin d'Echevin, à retrouver sur LePost.fr, qui m'a bien fait sourire. Ben oui, autant de clients supplémentaires en un an, en période de crise, ça doit laisser certains patrons rêveurs...

h-20-1750293-1256011593.jpg

19/10/2009

Pôle Emploi : les raisons de la grève

T-es-pas-toute-seule.jpg

Sur le site Internet du Progrès, ce matin, le témoignage d'une conseillère Pôle Emploi, ex-ANPE, qui s'exprime sur les raisons pour lesquelles elle fera grève demain. Au coeur des revendications des syndicats qui appellent à une journée de protestation, les mauvaises conditions de travail pour les agents du Pôle. Et pas seulement à cause du chômage. Cette conseillère - anonyme, puisque, rappelons-le, les salariés de Pôle Emploi sont tenus à un devoir de réserve- pointe du doigt le stress et le travail mal fait sous la pression du nombre de dossiers à traiter : 200 par conseiller, on est bien loin du suivi personnalisé qui était censé être la grande force de Pôle Emploi.

Résultat? "On bidouille", "le boulot est bâclé". Un constat que peut faire chaque chômeur perdu dans la jungle de Pôle Emploi, mais dont souffrent aussi les conseillers, boucs émissaires au quotidien du dysfonctionnement de ce service public. De conseillers, ils n'ont plus que le nom: "ce n'est plus du conseil, c'est de l'orientation forcée des chômeurs vers les secteurs en tension, comme l'hôtellerie ou la restauration".

Je sais que certains salariés de Pôle Emploi - ou amis de conseillers Pôle Emploi - lisent ce blog. Ferez-vous grève demain? Comment ressentez-vous l'évolution de votre métier depuis la fusion entre l'ANPE et les Assedic? J'aimerais avoir vos témoignages -anonymat garanti, bien évidemment. Laissez-moi vos commentaires, j'aimerais en savoir plus sur ce qui se passe dans la tête de ceux qui sont de l'autre côté du bureau...

 

NDLR: merci au blog La fusion pour les nuls, "site interactif dédié aux 47.500 salarié(e)s de Pôle Emploi, pour leurs logos détournés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu