Avertir le modérateur

15/06/2010

Je ne suis pas motivée. Et alors ?

Je ne suis pas motivée. Et j'aimerais qu'on le respecte.

C'est arrivé comme ça, hier matin. Mauvaise nuit, sales rêves, encore un lundi, encore de la pluie, toujours pas de travail. Rien de nouveau sous le soleil; les lundis matin des chercheurs d'emploi ne sont pas plus riants que ceux des laborieux. Non, la nouveauté, c'est que soudain, je n'ai pas eu envie. Pas envie d'être dynamique, pas envie de me bouger, pas envie de me lever tôt pour que le monde m'appartienne, pas envie de rebondir, d'aller de l'avant, ou je ne sais encore quelle autre métaphore. Et puis surtout, pas envie de me laisser culpabiliser pour autant.

J'aimerais, que dis-je j'ADORERAIS, qu'on me laisse passer une semaine à penser, réfléchir, faire le point peut-être même rêver à mon avenir, sans me rappeler à l'ordre tous les trois jours par un "et alors, côté boulot, t'as du nouveau?" (On en reparlera, tiens de cette question, mais pour commencer: arrêtez de la poser à vos amis chômistes! Croyez bien que, quand il y aura du nouveau, ce sera la première chose dont ils vous parleront).

Si on pouvait juste arrêter la course à la motivation deux minutes, y a des jours où ça m'arragerait bien. Parce que l'obligation de dynamisme permanent, de motivation à tout casser, de rebond dans tous les sens, sachez-le : c'est crevant, et c'est même pas humain, de toute façon. Vous croyez que quand Cromagnon partait chasser, on lui demandait de faire d'abord preuve de sa motivation et de ce qu'il saurait apporter au groupe avant de lui coller une lance dans les mains? Qu'on a souvent demandé aux paysans du Moyen-Age de citer trois de leurs qualités et trois de leurs défauts pour les autoriser à aller ramasser les topinambours dans les champs? Hein? Alors dites-moi pourquoi l'homo chômagus du XXIème siècle devrait, lui, faire preuve d'un enthousiasme débordant à l'idée d'aller décrocher son 154eme CDD ou son emploi aidé à temps partiel "en attendant la préretraite".

Qu'on soit obligé de travailler, passe encore. Mais obligés d'être motivés, là, il faut arrêter de pousser. Vive le droit à la démotivation et au coup de mou temporaire!

14/10/2009

La lettre de motivation que vous n'avez jamais osé écrire

Madame, Monsieur,

Si je vous écris aujourd’hui, ce n’est pas que je sois particulièrement motivé(e), mais qu’il faut bien payer son loyer et les courses du samedi, et qu’il paraît que pour ce faire, il faut travailler. Après douze mois passés à chercher la place idéale -un emploi dans mon secteur, payé à hauteur de mon bac +5, intéressant et en CDI- je me rends à l'évidence: il faut oublier ce genre de chimère et ratisser plus large. Par ailleurs, si je ne montre pas ma bonne volonté à trouver un boulot, Pôle Emploi risque de me couper les vivres, et vous comprendrez bien que cela participe à ma motivation et à mon enthousiasme.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu