Avertir le modérateur

23/08/2010

Vacances: comment prévenir Pôle Emploi de son absence

Eh oui, ça en défrise certains, mais les chômeurs aussi ont droit à des vacances. 35 jours par an, plus précisément, pendant lesquels on peut s'absenter sans craindre d'être convoqué à un rendez-vous prévu avant-hier et de se faire radier sauvagement en conséquence. J'ai constaté que beaucoup d'internautes qui posaient la question de ce droit à l'ami Google venaient se balader sur mon blog. Voici donc les explications noir sur blanc.

Pour partir se mettre les doigts de pieds de chômeur en éventail, une condition: avoir prévenu, avant son départ, Pôle Emploi de ses dates d'absence. (Pour ceux d'entre vous qui en doutaient, sachez que le Pôle a un petit coeur, très friable, et qu'il s'inquiète vite de l'absence de l'une de ses ouailles).

Comment prévenir Pôle Emploi de ses dates d'absence?

Par Internet, connectez-vous à votre espace personnel en cliquant, sur la page d'accueil, sur "Demandeur d'emploi/modifiez votre situation". Entrez vos identifiants personnels.

Sur la page suivante, cliquez sur Mon dossier personnel. Page suivante, sous le rappel de "ma situation", bien caché et écrit en tout petit, figure: "je déclare un changement de situation". Cliquez dessus. Vous avez le choix entre cinq motifs d'absence différents; pour des vacances, un week-end prolongé, un séjour à Ibiza ou une Bar-mitzvah, cliquez sur "absence". Vous pouvez maintenant entrer vos dates d'absence, et les valider.

Sortez la glacière, le transat, les tongs et le monoï. Bonnes vacances!

09/08/2010

Non, le chômage, c'est pas "comme des vacances"

"Et alors, cet été, vous partez? Remarque, c'est surtout pour ton copain que je demande ça, parce quetoi, vu que tu ne travaille pas, c'est un peu comme des vacances". chien-transat.jpg

Ah, la petite phrase perfide au détour d'une banale conversation téléphonique avec la cousine Huguette et ses 38 ans de CDI au compteur. Celle qui vient remuer un petit couteau entre vos omoplates de chômeur, là, vous sentez ce petit pincement alors même que vous étiez en pleine cure de "j'arrête de culpabiliser"?

Et bien, messieurs dames, au nom des quatre millions de demandeurs d'emploi hexagonaux, je vais vous apprendre une nouvelle fracassante, car il est temps que quelqu'un brise le tabou: NON, le chômage, c'est pas "un peu comme des vacances". C'est même "tellement pas comme des vacances" qu'à part l'absence potentielle de réveil-matin obligatoire et la prise quotidienne de transports en commun transpirants, je vois peu de points qui font rêver. Vous en entendez souvent, vous, des travailleurs soupirer rêveusement "Aaaah, vivemement que je sois au chômage" ? Non. Ca, déja, ça nous met sur la piste.

Les vacances, chère Huguette -et ça vaut pour tous les autres bienveillants harceleurs de chômistes- c'est un projet agréable, qui se prépare des semaines, voire des mois à l'avance. Tu rêvasses devant ton ordinateur en réservant ton apparte au village naturiste, ta semaine en club all inclusive à Punta Cana, ou ton trek de 20 jours sur les contreforts de l'Himalaya... Ben tu vois, Huguette, le chômage, c'est le contraire de tout ça. T'as pas de projet. Et mieux que ça : tu ne peux pas en faire, mis à part "espérer trouver un boulot". Et t'en fais pas, d'une parce que tu ne roules pas sur l'or, de deux parce que, conséquemment ta culpabilité de méchant chômeur-qui-vit-aux-crochets-de-la-société t'empêche de faire des rêves foufous, et de trois parce que "je vais pas réserver, imagine qu'entre-temps je trouve un boulot, on ne sait jamais?"

Les vacances, c'est le bonheur quotidien de se réveiller sans le foutu réveil-matin qui te me la tête en vrac , avec comme première pensée : "Coooool... aujourd'hui... je fais... ce.. que... je ... veux!" En tant que chômiste, je rend un vibrant hommage -quand même- à l'absence de réveil, sauf pour ceux qui ont la "chance" de devoir se lever pour préparer les enfants pour l'école (si si, l'ecole, vous savez, l'endroit où on les envoie en disant "et ramène des bonnes notes, hein, sinon plus tard t'auras pas de travail. Quoi, "comme Maman?" Euh, c'est compliqué, ça, tu comprendras quand tu seras grand). J'aime l'absence de réveil, donc, et je l'assume. Mais la première pensée du chômiste qui ouvre les yeux, c'est plutôt "Pfffff... Qu'est-ce que... je vais ... faire... aujourd'hui... ?"

Et puis, surtout, Huguette, le grand plaisir des vacances, avouez-le, même si vous en rentrez tous en râlant, c'est de les raconter aux collègues envieux autour d'un "Long sans sucre avec du lait". "Ouais, génial, non, vraiment, ça te remet les idées en place, toute cette nature, ça te fout une claque tu vois. J'ai carrément coupé avec le quotidien. Et je t'ai dit qu'on avait régulièrement survolé le Pôle? ". Et toi, ami chômeur-dont-la-vie-est-un-peu-comme-des-vacances, kess' tu nous racontes? "Ben euh... rien de bien nouveau, là, j'attends les retours de deux-trois candidatures, pas de nouvelles pour le moment. Mais je baisse pas les bras, hein, régulièrement je passe survoler les annonces au Pôle... Emploi."

 

27/08/2009

Chômage de glace prend des vacances

Calimero_en_vacances.gif

Fidèles de ce blog, vous le savez déja. Petits nouveaux, je vais peut-être vous l'apprendre. Tout chômiste a droit a des vacances. N'en déplaise aux commentaires récurrents sur le thême -ô combien original- de "Comment ça, vous prenez des vacances alors que vous ne foutez rien le reste du temps", le demandeur d'emploi a droit à ses 25 jours annuels comme tout bon Français. (A condition d'en avoir prévenu par avance Pôle Emploi).

Oui, le chômage, c'est usant. Oui, on a besoin d'oublier quelques jours les entretiens, les CV, les convocations au pôle, les appels répétés au 3949, les coups de blues quand on entend sur les ondes nos ministres déclarer que certes, ça va de moins en moins bien, mais que ça continuera à être pire. Oui, derrière le demandeur d'emploi il y a une famille, une copine, un mari, qui n'ont pas envie de passer leurs congés payés collés à l'ordinateur et au téléphone par solidarité avec leur chômiste de parent, copain, ou femme.

Je serai de retour le 8 septembre. D'ici là, je tiens à souhaiter bon courage à ceux -et ils vont être nombreux- qui vont découvrir pour la première fois les étendues glacées du Pôle. Je dis "Tenez bon" à ceux qui y sont égarés depuis trop longtemps -et trop longtemps, en temps de chômeur, ca commence dès deux mois. Je dis "Merci" à vous tous, qui m'avez agréablement surprise par le nombre de vos visites, et qui par vos commentaires m'avez donné envie de continuer à essayer de rire de tout cela.

A très bientôt, donc, et en guise de teasing, à mon retour vous aurez droit à mon premier rendez-vous de s"uivi personnalisé", mes premières allocations, et... qui sait ? Ma sortie du chômage?

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu